[14] Le départ

Publié le par Ivan Tsarevitch

- Vétérok, lança t-elle tout sourire à l’attention du poney, soit le bienvenu. Et elle flatta tendrement l’encolure de l’animal.
« Si je t’ai fait appeler, c’est que ta vitesse et ton endurance nous seront d’une grande aide pour conduire Ivan auprès du Loup sorcier ».
Le poney s’éboua et posa ses naseaux tièdes contre les paumes ouvertes d’Annouchka.
- Il a un caractère difficile mais sa sagesse est grande et je sais qu’il émettra un avis éclairé quand au mal qui enflamme la patte de Michka.
Agagneuk – elle se retourna doucement vers le renard — va réveiller Ivan pendant que je prépare votre départ.
 
Souple et légère, la petite flamme rousse fila vers la maison dans une gerbe d’étincelles. Le renard bondit sur le lit où dormait l’enfant et d’un coup de museau, fit rouler le galet spiralé qui marquait sa poitrine. La pierre tomba sur l’épais tapis qui recouvrait le sol dans un bruit mat et Joseph ouvrit les yeux.
 
Un quart d’heure plus tard, les présentations faites, c’est un Joseph échevelé et encore un peu engourdi qui enfourchait le poney gris d’un air mal assuré.
- Soit sans crainte : Vétérok est un bon instructeur. A ton retour, tu seras devenu un excellent cavalier qui pourra chevaucher jusqu’aux chimères !
Une pointe de fierté réchauffa le cœur intimidé de Joseph et l’enfant se redressa avec assurance.
Annouchka poursuivit :
- Ta besace contient tout ce qui est nécessaire au bon déroulement de ton voyage, à l’exception d’une chose : as-tu conservé les pièces de monnaie trouvées près de la Miroitante ?
Joseph se rappela le pensionnat, sa course derrière le renard ainsi que le baluchon blanc découvert près du ruisseau. Il porta machinalement la main à sa poche et fit tinter à travers le tissu les quelques pièces qu’il y avait découvertes.
- Tout est là, Grand-mère. Je n’ai rien égaré.
- Bien. Vous partez pour plusieurs jours : Agagneuk sera ton guide, ne le perd pas des yeux. Quand à Vétérok, veille toujours à ce que son repos soit assuré avant le tiens, car il est plus efficace que des bottes de sept lieues. N’oublie pas : sans eux, rien de possible !
Annouchka s’approcha du cavalier et enferma avec douceur sa petite main dans la sienne.
- Je sais que tu reviendras vite, porteur de réponses indispensables pour Michka mais également riche de rencontres nouvelles et d’enseignements féconds pour toi. Partir est difficile, mais on rentre toujours plus inspiré et plus sage de ses différents voyages. Bonne route mon garçon.
 
Elle recula d’un pas. Joseph la fixa une dernière fois de ses grands yeux clairs et resserra instinctivement ses jambes autour des flancs de sa monture pour lui signifier leur départ. Le poney gris, alerte, fit demi-tour tandis qu’en tête de cortège, Agagneuk s’engageait sans attendre sur un petit chemin dérobé.
Annouchka les suivit un moment du regard jusqu’à ce que la forêt finisse par engloutir tout à fait la silhouette du petit groupe. Elle jeta un rapide coup d’œil dans le ciel, salua d’un geste de la main le corbeau noir qui la survolait, remis en ordre les plis de son tablier et rentra dans la petite maison de bois, apaisée et satisfaite. 



CAVALIER-JOSEPH-SANS-MICHKA.jpg 
... Chapitre suivant ...

Commenter cet article