[11] Le remède

Publié le par zverouchka

Elle se déchargea silencieusement de son fardeau aux pieds de Joseph et plongea ses beaux yeux dorés dans les siens.

- Le pot d’argent renferme un baume qui possède deux vertus : un effet sédatif sur la douleur qui soulagera Michka, et une propriété magique qui devrait extirper l’éclat de fer logé dans sa pelote plantaire. Mais c’est un processus long car le remède n’agit qu’une fois le soleil couché : cela pourra prendre la nuit, peut-être plus. Voici ce qu’il te faudra faire.

Joseph, fatigué mais attentif, attendit avec curiosité qu'Annouchka lui donne ses instructions.

- Prélève du pot une bille d’onguent grosse comme un sarment de noix, lui dit-elle, et applique-la sur l’ensemble de la blessure en massant la patte de Michka jusqu’à la complète absorption du remède. Il restera alors sur sa peau une fine pellicule blanche que tu nettoieras soigneusement avec l’eau de la fontaine. Sèche ensuite la blessure et recommence l’application de l’onguent, le massage et ainsi de suite, jusqu’au lever du soleil. C’est une médication contraignante pour qui se charge de l’administrer au malade, mais si tu es régulier dans cette tâche, j’ai bon espoir de trouver Michka sortie d’affaire aux premières heures du jour.

Elle caressa les cheveux du garçon en lui demandant à voix basse :

- Te sens-tu prêt à accompagner Michka jusqu’à son rétablissement ?

Joseph répondit oui d’un signe de tête. La vieille dame approcha du grand fauteuil un guéridon et y plaça le petit pot d’argent, le carré de grosse toile et un bol d’eau pure tirée du seau. Puis après avoir salué l’enfant, elle s’éclipsa dans la pièce attenante et ne reparut plus.

Resté seul, le jeune garçon ôta délicatement l’épais bandage qui protégeait la blessure et entreprit de la nettoyer. L’éclat de fer était là, enfoncé terriblement loin dans la chair. La plaie était impressionnante, aussi, en commençant l’application du traitement, Joseph chantonna t-il à voix basse pour se donner du courage. Michka se réveilla, grogna, marqua sa désapprobation et sa douleur en mordillant l’épaule de Joseph. Puis, après quelques minutes d’agitation, aidée par les effets calmant du baume d'Annouchka, elle retomba en ronchonnant dans un demi-sommeil. 

enfant-et-ourson.jpg

Toute la nuit, inlassablement, le garçon massa la patte de Michka avec la régularité d’un métronome. Au début de chaque nouveau cycle, il observait avec satisfaction que l’éclat métallique sortait un peu plus du cocon de chair dans lequel il s’était logé et chaque pas de plus vers la guérison lui donnait l’énergie nécessaire pour continuer.

Aux premières lueurs du jour, comme Annouchka l’avait prédit, l’éclat de fer était complètement sorti.


... Chapitre suivant ...

Commenter cet article