[2] Le renard

Publié le par zverouchka

C’est alors que brusquement, l’éclair roux qu’il avait surpris une première fois à travers les vitres du réfectoire attira de nouveau son attention : immobile sous le taillis qui jouxtait la grille d’entrée de la cour, le renard observait Joseph.

Lorsque ses deux yeux noirs eurent  accroché le regard du garçon, il se retourna lentement et quitta le buisson à petits pas.

 

Que faire ? Le suivre ? Rester ? Joseph balaya la cour d’un regard circulaire : personne. Sans hésiter plus longtemps, il ouvrit furtivement la grille et se lança aux trousses du téméraire. Dos courbé, le cœur battant, le garçon longea le mur d’enceinte de la pension. Devant lui, à quelques dizaines de mètres, le renard le précédait en prenant soin de s’arrêter de temps en temps pour ne pas distancer son poursuivant. « Drôle d’histoire ! » murmura Joseph, « drôle d’histoire… ». En face d’eux s’étendait à présent le champs en jachère des Marcelin.  Le renard trottait vite, les pieds de Joseph accéléraient leur cadence, la petite flamme rousse devant lui prenait  de plus en plus de vitesse. Voilà qu’il galopait maintenant.

« Attend-moi ! ». Le renard fit volte-face, se plaqua au sol dans une attitude enjouée, se releva d’un bond et poursuivi sa course avec des sauts de cabris. Autour d’eux l’air était doux et chaud : on était en Avril. Joseph vit qu’ils avaient traversés presque tout le champ, laissant loin derrière eux les murs du pensionnat. Le renard changea de cap et s’engagea dans un petit vallon verdoyant. Tout proche, on entendait le clapotis d’un cour d’eau. «  La Miroitante  » pensa Joseph. Saisi par la fraîcheur du lieu il ralenti, essoufflé, fit quelques pas jusqu’au ruisseau et s’arrêta. Face à lui, le renard planta une dernière fois son regard dans celui du garçon, lui souris et disparut.

 

Seul, tour à tour surpris puis accablé par cette disparition soudaine, Joseph s’assit au pied d’un taillis, las, les pieds ankylosés et les épaules lourdes. Une fatigue anormale s’empara de lui et tendis qu’il tentait de luter contre l'étrange sommeil qui voilait ses sens, il vit le sourire du renard danser devant ses yeux. Une minute plus tard, le jeune garçon s’endormait lourdement sous un regard invisible, bienveillant et protecteur.

 

 

... Chapitre suivant ...

Commenter cet article